12/03/2017

Consolation

Pour S.

Je te l'enseignerai.
au fond des flacons de pleurs
après les rêves de marbre
au bout des soirs de brouillard
aux derniers temps des danses
au terme du voyage
sur l'horizon de crainte
je te l'enseignerai
la Consolation.

Je t'en ferai
des lettres tout enluminées d'or
des chants pour la rencontre
des traversées de lacs
des entrechats de vair
des époques sans ruines
des images en papier glacé
je te l'enseignerai
la Consolation.

J'en voudrai
des messages, des sourires la nuit
des parfums à la lune
de longs ourlets de perle
des heures souvenues
des vacances en rafale
de grands chardons de rire
je te l'enseignerai
la Consolation.

16/02/2017

Le Baroque italien à Paris !

Avec son Requiem à double chœur, Francesco Cavalli (1602-1676) compose à la fin de son existence une partition bouleversante, conjuguant la profondeur d'inspiration avec un véritable sens du drame.

Ce Requiem est mis en miroir avec "La Sestina", un subtil cycle de madrigaux composé par son maître Claudio Monteverdi pour commémorer la jeune cantatrice héroïne du rôle d'Ariane dans son opéra du même nom.

Cori Spezzati retrouve ici son cœur de répertoire : la musique vénitienne en double formation.

Dimanche 26 février 2017 à 16h
Eglise Saint Ambroise - 71 bd Voltaire, Paris 11e


  Tarif réduit à 13€ si vous achetez sur Weezevent (clic)

02/02/2017

Artistes

 "Les artistes figurent parmi les personnes les plus persévérantes et courageuses que l’on puisse trouver sur terre. En une année, ils vivent plus de situations difficiles et d’échecs que la plupart des gens dans toute une vie.

Chaque jour, les artistes font face au défi financier d’être un travailleur autonome, au manque de respect, à l’incompréhension des gens qui pensent qu’ils devraient trouver un "vrai job", ils affrontent leur propre peur de ne jamais plus travailler à nouveau. Chaque jour, ils doivent ignorer et dépasser l’idée que ce à quoi ils consacrent leur vie est peut-être une chimère.

Chaque année qui passe, nombre d’entre eux regardent les personnes de leur âge franchir les étapes d’une vie normale : voiture, famille, maison et épargne. Mais ils restent fidèles à leurs rêves en dépit des sacrifices consentis. Pourquoi ? Parce que les artistes sont prêts à dédier leur vie entière pour faire naître ce moment - ce trait, ce rire, ce geste ou cette interprétation qui touchera l’âme du public.


Les artistes sont des êtres qui ont goûté au nectar de la vie, dans cet instant cristallisé où leurs créations ont touché le cœur de l’autre. À cet instant-là, ils sont proches de la magie, du divin, de la perfection, comme personne ne le sera jamais. Et au plus profond de leur cœur, ils savent que dédier leur vie à faire naître ce moment vaut plus que milles vies."

David Ackert

 


29/12/2016

Trois chevaux

Résumé : Le narrateur, un Italien émigré en Argentine par amour, rentre au pays. Là-bas, sa femme a payé de sa vie leur combat contre la dictature militaire. Lui est devenu jardinier : il dialogue avec les plantes, lit les arbres, et les hommes parfois. Il vit solitaire dans un petit village lorsqu'il rencontre Làila dont il tombe amoureux. C'est le début d'une troisième vie, éphémère et intense, qui renvoie au destin : "La vie d'un homme dure autant que celle de trois chevaux." 

Erri de Luca, c'est l'art du récit poétique, à la fois dense et dépouillé à l'extrême, que l'on déguste par tous les sens. De cette lecture d'été associée aux chemins de soleil, j'ai conservé deux passages :

"Ce n'est pas le jour qui vient, c'est la nuit qui se retire.
Je connais le point. Tout n'est encore qu'un pavé d'obscurité, puis un papier dans la rue a un frémissement, plus faible qu'un coup de poignard à un éventail, puis la main d'un homme enfile une chaussure sans allumer ni faire de bruit près de sa femme, puis un branlement de tête d'une vieille qui attend le retour du sommeil en lisant un roman, voilà que la nuit se ramasse dans un geste secret en un point, et l'obscurité n'est plus un gaz, mais une huile qui coule vers l'occident.
Je connais le point de la nuit où elle se détache de la terre et glisse sur elle."

"Il y a en moi ce qui se trouve chez beaucoup d'hommes dans le monde, amours, coups de feu, des phrases pleines d'épines, aucune envie d'en parler. Nous sommes ordinaires nous autres hommes. Ce qui est spécial, c'est vivre, regarder le soir au creux de sa main et savoir que le lendemain sera nouveau, que le tailleur de la nuit coud la peau, raccommode les cals, reprise les accrocs et dégonfle la fatigue."

23/12/2016

Pensées de Noël...


De jolis moments à vous tous autour de cette fin d'année...

10/12/2016

Courage




Le courage ne rugit pas toujours. Parfois, le courage est cette petite voix calme à la fin de la journée qui dit
"Je vais essayer à nouveau demain".

[Mary Anne Radmacher]